vendredi 22 septembre 2017

ça gère la congère !

En Terre Adélie, la pelle fait partie de notre équipement quotidien!
Il est en effet très (très) fréquent d'avoir à pelleter des kilos et des
tonnes de neige pour pouvoir garder les bâtiments accessibles.

Après les nombreux épisodes de blizzard de ces derniers jours, la pelle
ne suffit pas toujours ! Avancer dans les congères de poudreuse est
alors un vrai défi !!

Mais heureusement, nous sommes des héros polaires (...enfin presque)!

jeudi 14 septembre 2017

Biopsie des poussins Empereurs


Chaque année, certains poussins Empereurs meurent naturellement, de froid et/ou de faim à proximité de la manchotière. Soit parce qu'ils s'éloignent trop de leur parent en ne pouvant pas encore supporter le froid seuls, soit car leur parent tarde à revenir de l'océan avec de la nourriture.

Ceci est l'occasion pour les ornithologues d'étudier certains aspects biologiques des jeunes Empereurs. C'est ce que j'ai fait ce mercredi en aidant Élodie dans le laboratoire de BIOMAR à faire une biopsie sur cinq poussins. Elle est autorisée à en prélever un certain nombre durant la mission. 

Après les avoir laissés se décongeler, il s'agit de prendre quelques mesures (masse, tour de taille, longueur du bec, longueur des ailerons gauche et droit), puis de prélever des échantillons (foie, intestin, estomac, plumes). Ces prélèvements sont disposés dans de petits tubes bien identifiés, mis au congélateur, puis seront envoyés en métropole pour analyse plus complète.

Il faut aussi analyser le contenu de l'estomac et notamment extraire les cailloux qui se trouvent à l'intérieur (appelés "gastrolithes"), qui aident les manchots à digérer leurs aliments, en remplacement des dents qu'ils n'ont pas... Étant donné qu'il n'y a pas de petits cailloux sur la banquise, l'hypothèse la plus probable est que les adultes, en les nourrissant, leur fournissent ces gastrolithes qui resteront ensuite dans leur estomac (certains sont très gros par rapport à leur taille!).
Durant la biopsie, une fois sortis de l'estomac et séparés du reste des aliments, il faut compter les gastrolithes, les sécher puis les peser.
Ces données serviront alors à compléter le suivi de ces populations et de faire des corrélations avec des données environnementales, comme l'extension de la banquise par exemple, ou encore en fonction de la quantité de nourriture présente en mer...




Laboratoire d'analyse de BIOMAR



Tubes d'échantillons prélevés



Prise de mesures physiologiques



Prélèvement de plumes sur la queue



Biopsie d'un poussin Empereur



Prélèvement de l'estomac pour analyse



Extraction des gastrolithes



Comptage de chaque cailloux



Mise en sachet



Plumes des cinq poussins



Lavage et séparation des gastrolithes

lundi 11 septembre 2017

Activité magnétique remarquable


En fin de semaine dernière, la base a enregistré un pic d'activité magnétique (voir graphique ci-dessous), on parle alors de "tempête magnétique". Cette activité résulte d'un flux de particules éjectées du Soleil, qu'on appelle "vent solaire". Deux pics sont visibles entre le 8 et le 9 septembre, notamment sur le graphique du bas qui montre les valeurs d'un indice d'activité (Kp) variant de 0 à 9 (0 = pas d'activité, 9 = maximum d'activité). Ce jour là, un indice de Kp = 8 a été relevé!

Ces particules arrivant à proximité de la Terre sont déviées par le champ magnétique terrestre (nommé "la magnétosphère") et concentrées vers les pôles Nord et Sud, ce qui donne naissance respectivement aux aurores boréales et australes.

Les 8 et 9 septembre, un tel maximum d'activité solaire n'avait pas eu lieu depuis 2012. Il a alors donné lieu à de fortes aurores autour de la base, visibles malgré une Lune presque pleine!




Vent solaire (Soleil à gauche et Terre à droite) - lignes de champ magnétique autour de la Terre - Source IPEV



Activité solaire (source: www.aurora-maniacs.com)



Aurore le samedi 9, vers le Nord



Aurore au-dessus du LIDAR (laser vert)

dimanche 10 septembre 2017

Les premiers phoques de Weddel


Depuis quelques jours, on aperçoit parfois de grosses masses sombres sur la banquise depuis la base.. Un coup d’œil avec les jumelles permet de vite repérer qu'il s'agit de phoques. Plus précisément de Phoques de Weddel
Ils sortent par des trous de glace, souvent à proximité de rivières formées dans des endroits où la banquise est fragile et fissurée, ce qui est le cas près de la zone du chaos (entre l'île Bernard et le glacier - voir plan dans l'onglet "La Base"). Chaque trou est unique et n'appartient qu'à un seul phoque.

Une sortie avec Vincent et Serge ce samedi a permis d'aller les voir d'un peu plus près. Il a fallu cependant s'équiper de raquettes car les épisodes fortement neigeux de ces derniers jours ont laissé une grosse quantité de neige, pas encore compactée ni soufflée par le vent, et même sur la banquise.

Le décor devant le glacier l'Astrolabe est tout simplement féérique et paraît même artificiel tellement la glace est bleue par endroits..




Vincent et Serge en route vers le chaos




Les pèlerins des glaces




Zone de chaos



Les 2 phoques de Weddel



Le trou de sortie du phoque




L'île Bernard




Le deuxième phoque près d'une rivière



Anarchie!



Une dent géante?



Dromadaire?

vendredi 8 septembre 2017

Tradition de DDU


Tous les mercredis, à 16 heures pétantes, une annonce à la radio sonne "16h, pas de bras pas de chocolat...!".

Il s'agit de l'heure du goûter hebdomadaire de la base. La plupart des hivernants se réunit donc au bar du séjour pour y déguster les petits gâteaux préparés par Jérémy le "pâteux" mais pas que... En effet, d'autres hivernants peuvent aussi contribuer à la confection du goûter, comme ici Yohan qui nous a préparé des crêpes et des pancakes.

Cette semaine, Jérémy nous avait cuisiné des cakes et des Niflettes (une spécialité de chez lui - tartelettes à la crème pâtissière)..

Heureusement, la salle de sport est disponible 24h/24!....





Niflettes et cakes de Jérémy



16h, Jérémy apporte le goûter



Le bar de DDU







Yohan cuisine des pancakes

dimanche 3 septembre 2017

Un mois d'août très froid


Le mois de septembre (déjà!) entamé, il est temps de dresser un petit bilan climatologique du mois d'août.

Dans la foulée de juillet, août 2017 est à nouveau un mois beaucoup plus froid que la normale, avec une température moyenne de -19.9°C (alors que la normale se situe à -16.5°C. Le record du mois d'août le plus froid reste toutefois celui de 1982 avec -22.2°C de moyenne...
C'est surtout la période du 12 au 31 août qui a été la plus froide, avec un pic de froid observé le 23 (-35.7°C) et le 30 (-34.5°C). Au final, août 2017 se classe parmi les 9% des mois d'août les plus froids depuis les débuts de l'observation météo en Terre Adélie.

Au niveau insolation, le mois a été assez généreux, avec presque 93 heures d'ensoleillement cumulées - oui ce n'est pas beaucoup effectivement mais pour la Terre Adélie c'est tout de même 14% de plus que la normale!

Côté vent, le mois reste en dessous de la normale, mais deux épisodes sortent quand même du lot, avec un fort vent catabatique le 10 (rafale mesurée à 210.6 km/h!) et une grosse tempête en fin de mois qui a donné
une rafale à 176 km/h (largement au-dessus des seuils de vigilance rouge en métropole...).

Pour terminer, la pression atmosphérique (au niveau de la mer) a été assez basse la majeure partie du mois et la valeur la plus faible mesurée ce mois-ci est de 952.7 hPa lors de la tempête du 23 août (une valeur comparable à celle rencontrée dans les cyclones tropicaux).

Bref, un mois d'août remarquable.




Comparaison des mois d'août (1956 à 2017), en fonction de la température moyenne et et de l'ensoleillement (2017 en rouge). Données Météo France



Évolution de la pression sur le mois d'août (valeur de 952.7hPa pointée lors de la tempête du 23). Données Météo France



Évolution des températures sur le mois d'août (normale de la température minimale en vert, des maximales en rouge). Données Météo France



Évolution du vent (rafales en km/h) sur le mois d'août. Données Météo France