vendredi 22 septembre 2017

ça gère la congère !

En Terre Adélie, la pelle fait partie de notre équipement quotidien!
Il est en effet très (très) fréquent d'avoir à pelleter des kilos et des
tonnes de neige pour pouvoir garder les bâtiments accessibles.

Après les nombreux épisodes de blizzard de ces derniers jours, la pelle
ne suffit pas toujours ! Avancer dans les congères de poudreuse est
alors un vrai défi !!

Mais heureusement, nous sommes des héros polaires (...enfin presque)!

jeudi 14 septembre 2017

Biopsie des poussins Empereurs


Chaque année, certains poussins Empereurs meurent naturellement, de froid et/ou de faim à proximité de la manchotière. Soit parce qu'ils s'éloignent trop de leur parent en ne pouvant pas encore supporter le froid seuls, soit car leur parent tarde à revenir de l'océan avec de la nourriture.

Ceci est l'occasion pour les ornithologues d'étudier certains aspects biologiques des jeunes Empereurs. C'est ce que j'ai fait ce mercredi en aidant Élodie dans le laboratoire de BIOMAR à faire une biopsie sur cinq poussins. Elle est autorisée à en prélever un certain nombre durant la mission. 

Après les avoir laissés se décongeler, il s'agit de prendre quelques mesures (masse, tour de taille, longueur du bec, longueur des ailerons gauche et droit), puis de prélever des échantillons (foie, intestin, estomac, plumes). Ces prélèvements sont disposés dans de petits tubes bien identifiés, mis au congélateur, puis seront envoyés en métropole pour analyse plus complète.

Il faut aussi analyser le contenu de l'estomac et notamment extraire les cailloux qui se trouvent à l'intérieur (appelés "gastrolithes"), qui aident les manchots à digérer leurs aliments, en remplacement des dents qu'ils n'ont pas... Étant donné qu'il n'y a pas de petits cailloux sur la banquise, l'hypothèse la plus probable est que les adultes, en les nourrissant, leur fournissent ces gastrolithes qui resteront ensuite dans leur estomac (certains sont très gros par rapport à leur taille!).
Durant la biopsie, une fois sortis de l'estomac et séparés du reste des aliments, il faut compter les gastrolithes, les sécher puis les peser.
Ces données serviront alors à compléter le suivi de ces populations et de faire des corrélations avec des données environnementales, comme l'extension de la banquise par exemple, ou encore en fonction de la quantité de nourriture présente en mer...




Laboratoire d'analyse de BIOMAR



Tubes d'échantillons prélevés



Prise de mesures physiologiques



Prélèvement de plumes sur la queue



Biopsie d'un poussin Empereur



Prélèvement de l'estomac pour analyse



Extraction des gastrolithes



Comptage de chaque cailloux



Mise en sachet



Plumes des cinq poussins



Lavage et séparation des gastrolithes

lundi 11 septembre 2017

Activité magnétique remarquable


En fin de semaine dernière, la base a enregistré un pic d'activité magnétique (voir graphique ci-dessous), on parle alors de "tempête magnétique". Cette activité résulte d'un flux de particules éjectées du Soleil, qu'on appelle "vent solaire". Deux pics sont visibles entre le 8 et le 9 septembre, notamment sur le graphique du bas qui montre les valeurs d'un indice d'activité (Kp) variant de 0 à 9 (0 = pas d'activité, 9 = maximum d'activité). Ce jour là, un indice de Kp = 8 a été relevé!

Ces particules arrivant à proximité de la Terre sont déviées par le champ magnétique terrestre (nommé "la magnétosphère") et concentrées vers les pôles Nord et Sud, ce qui donne naissance respectivement aux aurores boréales et australes.

Les 8 et 9 septembre, un tel maximum d'activité solaire n'avait pas eu lieu depuis 2012. Il a alors donné lieu à de fortes aurores autour de la base, visibles malgré une Lune presque pleine!




Vent solaire (Soleil à gauche et Terre à droite) - lignes de champ magnétique autour de la Terre - Source IPEV



Activité solaire (source: www.aurora-maniacs.com)



Aurore le samedi 9, vers le Nord



Aurore au-dessus du LIDAR (laser vert)